MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Culture events

The Measure of a man
Culture

Rencontre avec Vincent Lindon : entre fierté et humilité

By Manon Variol
26/05/2016

Vincent Lindon, 56 ans, a reçu en 2015 le prix d'interprétation à Cannes et le César du meilleur acteur pour son rôle dans La Loi du marché, de Stéphane Brizet. Le film sort enfin dans les salles britanniques. J’ai rencontré Vincent Lindon, qui m’a confié ses sentiments sur ces récompenses prestigieuses.

Ce jour-là, Vincent Lindon, humble et discret derrière sa barbe hirsute, me parle de son dernier film : l’histoire de Thierry, un homme au chômage qui a du mal à joindre les deux bouts. Ironie du sort, la rencontre se fait dans un grand hôtel de Londres, au milieu des verres de cristal et de l’argenterie rutilante.

"Je veux marquer le personnage de mon empreinte"

La Loi du marché a cela d’incroyable qu’il a été tourné en seulement 21 jours. Et s'il n'y a que Vincent Lindon pour en faire la promo, la raison est simple : il est le seul acteur professionnel du casting. Stéphane Brizet voulait tourner un film réaliste. Le personnage principal trouve un travail dans un supermarché. Tous les autres acteurs sont donc de vrais employés de magasin, touchant le SMIC. Une façon pour le réalisateur "d'injecter de la réalité au film." La vérité, voilà précisément ce qui a séduit Vincent Lindon quand il a lu le script. "Stéphane m'a dit qu'il voulait parler du travail et de jusqu'où on est prêt à aller pour vivre une vie décente, où est la limite éthique pour refuser un travail", se rappelle le comédien. "Cela m'a plu et j'ai dit : Je veux être Thierry."

Vincent Lindon se laisse pousser la barbe pour interpréter Auguste Rodin
Vincent Lindon se laisse pousser la barbe pour interpréter Auguste Rodin

Pour jouer le rôle, il refuse de collectionner les témoignages de personnes au chômage. Il veut donner sa propre interprétation du personnage. "Mon but est que quand on pense à un homme sans emploi, on imagine Thierry avec sa moustache. C'est ça le cinéma : marquer le personnage de son empreinte, comme l'a fait Gérard Depardieu avec Cyrano de Bergerac." L'acteur prépare un nouveau rôle en tant qu'Auguste Rodin. Ceci explique la barbe, qui est d'ailleurs son seul point commun physique avec le sculpteur. Pour le reste, il essaie d'imaginer comment l'artiste vivait.

Récompensé à Cannes et aux Césars

Vincent Lindon a reçu le prix d'interprétation masculine au festival de Cannes en 2015 et le César du meilleur acteur en 2016. Deux prix extrêmement prestigieux, mais c'est le premier qui l'a particulièrement touché. C'était la première fois qu'il recevait un prix d'interprétation, ce qui lui a donné l'impression de recevoir du Poppers (une drogue euphorisante), disait-il. "C'était comme une déflagration", confie-t-il, les yeux dans le vide. "Quand j'y repense, je n'arrive toujours pas à réaliser. Je donnerais un milliard d'euros pour revivre ce moment..."

Le jury a été séduit par la réalisation, leur donnant l'impression de regarder un documentaire. Sans fioritures, pas de musique exceptée celle que le personnage peut entendre, et une caméra qui ne se sépare jamais de Thierry, comme si le public vivait l'histoire à ses côtés. Un an après le festival de Cannes, Vincent Lindon est toujours aussi enthousiaste : "Les frères Coen m'ont dit qu'ils étaient ébahis car la vérité est retranscrite comme s'il n'y avait pas de caméra. Ils m'ont confié : "Nous ne savons pas faire de tels films. Seuls les Français le peuvent !" C'est un film anti-cinématographique : il est écrit comme un reportage, mais c'est une fiction."

Même s'il a reçu des prix mondialement reconnus, Vincent Lindon garde les pieds sur terre. Il sait combien la vie peut être décevante et il choisit de voir la vie d'une autre façon. Il ne rêve pas d'évènements incroyables qui pourraient éventuellement se produire. "Quand on me demande avec qui j'aimerais travailler, je dis que je n'y pense pas. Car ce serait perdre du temps que de rêver de tout ça," explique Vincent Lindon. "Nous passons trop de temps à essayer de changer les choses et à regretter qu'elles se soient ou pas produites."

Voici la bande annonce de La Loi du marché, dans les salles britanniques à partir du 3 juin :

COMMENTAIRES:

04/06/2016 - bourgdenis a dit :

As an ex-unemployed person, the dialogue is spot on. As realistic as reality itself.
?enis

Ps: X private chef/ freelance photographer/ author of "Le chef a sérieusement les boules"

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus