MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Culture events

Holy cow!
Culture

Franglish idiomatiques : ne soyez pas vache, vous allez rire comme une baleine !

By Manon Variol
03/06/2016

Les Français ont de nombreuses expressions pour parler d'un grand nombre de sujets. Et bien sûr, nos amies les bêtes n'y coupent pas. Voici donc une sélection d'expressions idiomatiques qui prouvent que nous avons tous un peu de campagne dans nos cœurs !

Si vous voulez dire :
- Et si on allait voir ce film d'horreur ?
- Ah, non! Il est trop nul! En plus, on m’a dit que ça ne cassait pas trois pattes à un canard… Et puis le billet coûte 15£. Faudrait pas me prendre pour un pigeon, non plus !
- Tu n’es qu’une poule mouillée ! Puisque c’est comme ca, j’irai sans toi !

Ne traduisez pas au mot à mot, ou ça donnerait cela :
“- We should go and see this horror film !
- No way! It's rubbish! On top of it all, someone told me it does not break three legs of a duck… And the ticket costs £15. You should not take me for a pigeon, you know !
- You are a wet hen! I’ll go without you!

Il vaudrait mieux parler ainsi :
- We should go and see this horror film!
No way! On top of it all, someone told me it is nothing to write home about it… And the ticket costs £15. That's taking people for a ride! 
- You are such a wimp! I’ll go without you!

Mais d’où viennent ces expressions ?

  • Attention aux pattes de ce canard !
    Attention aux pattes de ce canard !
    “Ne pas casser trois pattes à un canard” : cette drôle d’expression signifie que quelque chose n’est pas vraiment exceptionnel. En effet, vous n’avez peut-être encore jamais croisé la route d’un canard à trois pattes. Ce serait extaordinaire, tout comme lui briser les pattes. Donc, quand un événement “ne casse pas trois pattes à un canard”, c’est qu’il est banal et ne vaut pas le déplacement. Aucun animal ne sera blessé dans l’expression anglaise, puisque les Britanniques disent “it is nothing to write home about” (“il n’y a rien à écrire à la maison à ce sujet”) s'ils pensent que quelque chose est banal.
  • “Se faire prendre pour un pigeon” : quand on dit de quelqu’un qu’il est un “pigeon”, c’est qu’il est facilement dupe. Cette métaphore est utilisée depuis la fin du XVème siècle. Les voleurs attiraient un homme, le “pigeon”, dans un coin caché et le dépouillaient de tous ses biens. Mais pourquoi parler d’un oiseau ? Le verbe “duper” vient de la huppe. Quand l’oiseau était déplumé, il perdait donc sa plume, il était déhuppé. Le mot a donc été changé en “dupe”. Et l’oiseau est progressivement devenu un pigeon, qui est bien plus commun. En anglais, l'expression sera "to take someone for a ride."
  • “Etre une poule mouillée” : cette expression est utilisée pour décrire une personne faible, peureuse et sans courage. Elle a été créée dès le XVIIème siècle, car l’on remarquait que les poules allaient rapidement se cacher quand la pluie tombait. Mais cela est en fait le cas de tous les oiseaux, qui ne peuvent pas voler quand leurs plumes sont mouillées. Bref, la poule est restée un symbole de faiblesse. En anglais, on peut également utiliser le terme “wimp” de nos jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus