MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Culture events

"Un Don", Toni Morrison
Culture

Sélection de livres par la French Bookshop mai 2009

By No author
04/05/2009

Et pourquoi pas s'allonger dans l'herbe avec un bon livre maintenant que le printemps est de retour?

Romans

"La Mauvaise Rencontre", Philippe Grimbert, Grasset

 

"La Mauvaise Rencontre", Philippe Grimbert
"La Mauvaise Rencontre", Philippe Grimbert

Loup, le narrateur de La Mauvaise rencontre, va connaître ses premiers émois et ses premiers deuils aux côtés des trois personnages à qui ce livre est dédié : la tendre Nina et la fantasque Gaby, les " deux " mères qu'il s'est choisies, et Mando, l'ami de cœur, avec qui, depuis la petite enfance, il a tout partagé. C'est seulement à la conclusion de cette histoire que Loup comprendra les ressorts cachés du sentiment que lui vouait ce compagnon de tous les moments importants de sa vie. La révélation des abîmes que cette amitié recouvrait fera vaciller son existence. Il connaîtra la blessure inguérissable des promesses non tenues : cette lourde chaîne qui, à jamais, nous attache à nos fantômes.
L'auteur
Philippe Grimbert est psychanalyste. Il a précédemment publié trois essais, Psychanalyse de la chanson (Les Belles Lettres 1996), Pas de fumée sans Freud (Armand Colin 1999, Hachette Littérature 2001) et Chantons sous la psy (Hachette Littérature 2002) ; et deux romans parus chez Grasset, La Petite robe de Paul et Un secret.

"Le Cercle littéraire des Amateurs d’Epluchures de Patates", Shaffer, NIL

"Le Cercle littéraire des Amateurs d’Epluchures de Patates", Shaffer
"Le Cercle littéraire des Amateurs d’Epluchures de Patates", Shaffer

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...) délices bien évidemment strictement prohibés par l'occupant. Jamais à court d'imagination, le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d'humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d'autres habitants de Guernesey , découvrant l'histoire de l'île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l'impact de l'Occupation allemande sur leurs vies... Jusqu'au jour où elle comprend qu'elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l'invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu'elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

 

"Un Don", Toni Morrison, Bourgois

"Un Don", Toni Morrison
"Un Don", Toni Morrison

« Situé deux cents ans avant Beloved, Un don évoque, dans la même prose lyrique et verdoyante qui caractérisait son précédent roman, le monde beau, sauvage et encore anarchique qu’était l’Amérique du XVIIe siècle. Toni Morrison a redécouvert une voix pressante et poétique qui lui permet d’aller et venir avec autant de rapidité que d’aise entre les mondes de l’histoire et du mythe, entre l’ordinaire de la vie quotidienne et le royaume de la fable... Un don, le récit déchirant de la perte d’une innocence et de rêves brisés, est, dès à présent, à ranger aux côtés de Beloved, parmi les écrits les plus obsédants de Toni Morrison à ce jour. » (Michiko Kakutani, The New York Times)

"Boomerang", Tatiana de Rosnay, Héloïse d'Ormesson

 

Boomerang, Tatiana de Rosnay
Boomerang, Tatiana de Rosnay

Sa sœur était sur le point de lui révéler quelque chose… et soudain, c’est l’accident. Elle est grièvement blessée. A l’hôpital, l’angoisse au ventre, Antoine Rey fait le bilan de son existence : femme partie, ados rebelles, père tyrannique, comment en est-il arrivé là ? Et surtout que voulait lui dire sa sœur ? Alors que son passé ressurgit brutalement, Antoine vacille. Une troublante embaumeuse lui apportera une aide inattendue dans sa quête de vérité. Après Elle s’appelait Sarah, best-seller international vendu à un million d’exemplaires, Boomerang dose avec adresse suspense, comédie et émotion.

 

"L’Homme qui m’aimait tout bas", Fottorino, Gallimard

 

"L’Homme qui m’aimait tout bas", Fottorino
"L’Homme qui m’aimait tout bas", Fottorino

Mon père s'est tué d'une balle dans la bouche le 11 mars 2008. Il avait soixante-dix ans passés. J'ai calculé qu'il m'avait adopté trente-huit ans plus tôt, un jour enneigé de février 1970. Toutes ces années, nous nous sommes aimés jusque dans nos différences. Il m'a donné son nom, m'a transmis sa joie de vivre, ses histoires de soleil, beaucoup de sa force et aussi une longue nostalgie de sa Tunisie natale. En exerçant son métier de kinésithérapeute, il travaillait «à l'ancienne», ne s'exprimait qu'avec les mains, au besoin par le regard. Il était courageux, volontaire, mais secret : il préféra toujours le silence aux paroles, y compris à l'instant ultime où s'affirma sa liberté, sans explication. «Ce sont les mots qu'ils n'ont pas dits qui font les morts si lourds dans leur cercueil», écrivit un jour Montherlant. Mais il me laissa quand même mes mots à moi, son fils vivant, et ces quelques pages pour lui dire combien je reste encore avec lui.

 

Essais

"La Royauté au féminin : Elisabeth 1er d’Angleterre", B. Cottret, Fayard

La Royauté au féminin : Elisabeth 1er d’Angleterre, B. Cottret
La Royauté au féminin : Elisabeth 1er d’Angleterre, B. Cottret

« Elisabeth est vierge, comme l’Angleterre est île » déclarait Victor Hugo à l’époque romantique. Tout en précisant : « En admirant Elisabeth, l’Angleterre aime son miroir. » C’est cette relation étroite entre une femme et son pays que Bernard Cottret met au cœur de la reconstitution du destin de la reine vierge. Vierge, Elisabeth Ire l’a été assurément, car, s’étant rendue physiquement intouchable, elle n’a jamais eu qu’un seul époux, son royaume.
Comment relever ce défi singulier, dans une société aussi imprégnée par les rites masculins de la guerre et de la violence que l’Angleterre de la Renaissance, être un « roi femme » ? Elisabeth assuma seule l’ensemble du pouvoir royal pendant près de cinquante ans (1558-1603). Elle fut femme dans une société d’hommes, régie par des hommes, gouvernée par des hommes et dominée par eux. Elle se montra d’autant plus attentive à la dignité royale qu’elle ne fut jamais dupe du caractère symbolique du pouvoir, ni ne se laissa aller aux épanchements sentimentaux qu’on a coutume d’attribuer aux femmes, et même aux reines comme sa cousine Mary Stuart.
Elisabeth a engendré consciemment son propre mythe, en une brillante synthèse à laquelle ont participé à des degrés divers
poètes, écrivains, peintres, et naturellement hommes de guerre et courtisans dans cet âge d’or épris de littérature, de théâtre et d’épopée. Par là aussi elle a ouvert la voie à la modernité.

Bernard Cottret, professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin, est membre senior de l’Institut Universitaire de France, où il occupe la chaire de civilisation des îles Britanniques et de l’Amérique coloniale. Il est l’auteur de nombreux livres sur la Grande-Bretagne dont Cromwell (1992), Henri VIII (1999), et Histoire de l’Angleterre (2007). Sa biographie de Calvin a été traduite en sept langues

"La Fortune de Richard Wallace", L. Perreau, Lattes

 

"La Fortune de Richard Wallace", L. Perreau
"La Fortune de Richard Wallace", L. Perreau

Qui était véritablement Richard Wallace ? Quelle est l'histoire de la fabuleuse collection de Londres qui porte son nom ?
Pour répondre à ces questions, Lydie Perreau s'est livrée à une enquête à la fois romanesque et précise. Enfant abandonné, recueilli par Lady Hertford, Richard Wallace va être étroitement mêlé aux destinées de cette grande famille de l'aristocratie britannique, installée à Paris depuis 1802. Homme de compagnie de Lady Hertford pendant plus de trente ans, il deviendra le secrétaire de son fils, le marquis de Hertford, le grand collectionneur dont le frère, le célèbre dandy, fondateur du Jockey club, n'est autre que Milord l'Arsouille. Lorsqu'en août 1870, à la veille du siège de Paris, Lord Hertford meurt dans son château de Bagatelle, un étrange testament fait de Wallace son légataire universel. Wallace serait-il un descendant illégitime des Hertford, ou un usurpateur ayant détourné leur héritage à son profit ?
L'auteur a découvert des archives inédites qui ouvrent de nouveaux horizons.
A travers cette enquête, elle raconte l'histoire d'une dynastie fascinante, proche des rois George III et George IV, de Talleyrand, de Junot et de Napoléon III.

Lydie Perreau est diplômée de Sciences-Po et licenciée d'histoire de l'Art. Elle est la descendante de Seymourina, la pupille de Lord Hertford.

"Les Royalistes et Napoléon", JP Bertrand, Flammarion

"Les Royalistes et Napoléon", JP Bertrand
"Les Royalistes et Napoléon", JP Bertrand

Au matin du 21 janvier 1800, les ouvriers et les bourgeois qui longent la Madeleine s'arrêtent, interdits. Sur la façade de l'église s'étend un drap de velours noir portant des mots terribles : «Victimes de la Révolution, venez avec les frères de Louis XVI déposer ici vos vengeances.» Qui ose, en plein Consulat, rappeler le souvenir du roi guillotiné sept ans plus tôt ?L'homme qui a bravé la police de Bonaparte et de Fouché s'appelle Jean-Guillaume Hyde de Neuville. Avec Georges Cadoudal et tant d'autres, il est l'un des innombrables héros de cette geste royaliste qui a fait trembler le Consulat, puis l'Empire. Car bien des nobles se rallieront à l'Empereur, conquis par les honneurs ou vaincus par l'ennui ; beaucoup oscilleront, quinze années durant, entre ce qu'on pourrait appeler résistance et collaboration... Mais les fervents du roi, eux, ne céderont jamais. Napoléon a eu l'insolence d'écrire à Louis XVIII qu'il lui faudrait, pour revenir en France, «marcher sur cent mille cadavres» ? Les royalistes de coeur feront tout pour rendre ce retour possible : inscriptions tracées à la craie sur les murs des villes, distribution de tracts et de pamphlets incendiaires, attentats et enlèvements, attaques de diligences, noyautage de la police et de l'armée, réseaux d'espionnage et de contre-espionnage... Des salons parisiens au bocage vendéen, ce livre déroule une fresque inouïe, pleine de bruit et de fureur.

 

"Cette opposition qui s’appelle la vie", Rouart, Grasset

"Cette opposition qui s’appelle la vie", Rouart
"Cette opposition qui s’appelle la vie", Rouart

Assistons-nous à la fin d'un monde ou à la naissance d'une ère nouvelle ? Les multiples crises que nous traversons, financières, sociales, morales, culturelles sont des symptômes. Mais de quoi ? C'est cette question que se pose Jean-Marie Rouart dans ce livre caustique, ironique voire polémique. Le regard que l'écrivain porte sur notre société va au-delà du microcosme politique. Il cherche quelles sont les impostures et mystifications qui suivront le dégonflement de la bulle financière. A travers la disparition de Soeur Emmanuelle, d'Yves Saint-Laurent ou, plus tragique encore, celle de Chantal Sebire, la visite du pape à Paris mais aussi à travers le traitement de l'affaire DSK qui a secoué le FMI, il tente de comprendre les fantasmes contradictoires d'une société égarée, inquiète, à la fois dépravée et en quête de renouveau spirituel.

Jeunesse

" Parfum de Meurtre", Annie Pietri, Bayard Jeunesse

" Parfum de Meurtre", Annie Pietri
" Parfum de Meurtre", Annie Pietri
Cinq ans après Les Orangers de Versailles, nous retrouvons Marion Dutilleul, désormais la parfumeuse de la reine, dans son petit pavillon près du Trianon de Porcelaine, à bichonner ses plantes et ses herbes. Mais dans l'ombre, un nouveau complot se prépare. La Montespan n'a pas digéré d'avoir été trahie par le nez de Marion, elle jure de se venger. Son règne à la Cour est en train de faiblir, le Roi s'est entiché d'Angélique de Fontanges, qui est plus jeune, plus fraîche, plus fine et plus gracieuse. Athénaïs convoque son ancienne complice, la Voisin, connue pour sa sorcellerie mauvaise et satanique. Elle lui commande de kidnapper Marion, de l'éliminer, puis d'empoisonner la nouvelle passion de Louis XIV et de confectionner un élixir qui agira tel un regain d'amour sur sa personne (devenue difforme, à force de grossesses répétées et d'un régime alimentaire à base de gourmandises).

 

"Sale nuit a Londres", Nicodeme et Lefevre, Nathan

 

Sale nuit a Londres, Nicodeme et Lefevre
Sale nuit a Londres, Nicodeme et Lefevre

Noël à Londres, Olivia et Jonathan en rêvaient. Ce sera un cauchemar... Une nouvelle aventure policière d'Olivia et Jonathan Cavendish. Dès 10 ans. LONDRES, HER MAJESTY'S THEATER, 24 décembre, 19h30. Alors que les Cavendish assistent à une représentation du Fantôme de l'Opéra, un jeune et bel anglais joue les apparitions pour Olivia et Jonathan Cavendish. A peine ce beau blond a-t-il fait son irruption à l'entracte qu'il les entraîne dans une véritable descente aux enfers. Heure après heure, Olivia et Jonathan verront toutes les issues se fermer devant eux. Pour aller au bout de cette sale nuit, pour en sortir vivants, ils ne pourront compter que sur leurs propores forces, et leur sang-froid.

 

Bandes dessinées

 

Agrippine vol 8: Déconfite, Claire Bretécher, Edition Dargaud

Agrippine vol 8: Déconfite, Claire Bretécher
Agrippine vol 8: Déconfite, Claire Bretécher

 

Agrippine est de retour ! L’ado la plus redoutable de la bande dessinée est en pleine forme, toujours plus geignarde, casse-pieds, insolente et mal élevée. Mais drôle, aussi, surtout drôle. Quoique ce nouvel album, le premier depuis cinq ans, n’hésite pas flirter avec un sujet a priori incongru – la mort – et à donner une petite touche de gravité bienvenue à l’univers de Claire Bretécher. Et puis, il y a ce langage si inventif, si créatif, truffé d’expressions inimitables qui donnent tout son sel à cette série si originale. On ne racontera pas tout ce qui fait la richesse de cet album, qui commence par une virée shopping d’Agrippine et de sa grand-mère, laquelle lui refuse une paire de boots en tatou stressé (ça ne s’invente pas), s’attirant ainsi une remarque cruelle de sa petite-fille : « je voudrais que tu sois morte ».


New York  Mi Amor, Legrand-Tardi-Grange, Casterman

 

New York Mi Amor, Legrand-Tardi-Grange
New York Mi Amor, Legrand-Tardi-Grange

Recueil original d’œuvres anciennes de Tardi : "Tueurs de Cafards", agrémenté de trois histoires courtes publiées entre 1979 et 1982. Un point commun : New York, côté face. Du très bon, et pas du remplissage.

COMMENTAIRES:

26/05/2012 - p.fourugeaf a dit :

?, j'utilise tous les jours Dropbox, qui me sert de me9ga-cle9 USB entre le boulot et la mosain. SugarSync?, ???, j'y garde une copie de l'ensemble de mes photos. ?????, je ne sais pas encore si je vais l'utiliser, je dois t'avouer que je ne vois pas l'inte9ret, ??, de devoir te9le9charger en local mes Google Docs alors qu'ils sont tre8s bien le0 of9 ils sont, or cette option n'est pas modifiable sur Drive pour le moment. Concernant le tableau comparatif, d'autres le font mieux que moi. Mais si j'ai des choses e0 dire (positives ou ne9gatives), je le dirai ici. merci pour ton commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus