MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Enfants events

Enfants

Les étudiants français sont-ils de plus gros tricheurs aux examens que les anglais?

By No author
26/07/2010

Lorsqu’il s’agit d’éviter d’apprendre ses cours, les petits Français peuvent faire preuve d’une grande créativité. Une étude universitaire révèle ainsi que 70,5% d’entre eux avouent avoir déjà triché aux examens durant leur scolarité, principalement en fabriquant des antisèches.
 
Selon les chiffres de ce sondage, la fraude aux examens commence plutôt jeune : 48,3% des étudiants interrogés par Pascal Guibert et Christophe Michaut ont admis avoir triché dès le collège (entre 11 et 14 ans). A l’école primaire, ils n’étaient que 4,7% et 35,6% au lycée. Le phénomène semble se calmer à l’université, où seulement 11,4% des étudiants confessent leur crime.
 
Mais qu'en est-il des étudiants anglais? Il semblerait que comme les francais, ils trichent et font preuve de plus en plus d'ingéniosité. L'an passé, 4400 élèves ont été pris la main dans le sac alors qu'ils passaient leurs GCSEs ou leurs A-Levels. Ceci représente 0.03% du parc total d'étudiants passant ces examens. Mais, on pourrait bien sûr penser que la majorité des tricheurs ne s'est pas fait attraper. Il est bon de noter que ces chiffres sont en hausse de 6% sur l'année précédente.
 
La triche aux examens existe depuis la création des examens. On peut difficilement parler d’un phénomène récent, même si les techniques utilisées semblent se moderniser. De la boulette de papier glissée dans la trousse et recouverte de formules mathématiques écrites en tout petit, au programme de calcul configuré dans une calculatrice élaborée, il n’y a qu’un pas que seule la technologie sépare. Les méthodes employées sont de plus en plus perfectionnées. Il est possible de se procurer de petites oreillettes permettant de recevoir des instructions à distance ou encore de se servir de
Les Sousdoues Passent le BAC
Les Sousdoues Passent le BAC
 son portable pour avoir accès à l'Internet. Certains d'entre vous se rappelleront sans doute ‘Les sousdoués passent le BAC’!
 
Alors certes, les chiffres laissent à penser que les étudiants français « prennent conscience de leurs actes » en grandissant, puisque la triche est sensiblement réduite à l’université. Mais ce n’est pas tout à fait le cas. Seuls 16% des étudiants français savent qu’ils peuvent être suspendus  à vie d’examens en France s’ils se font prendre (cela inclus l’examen du permis de conduire). Non, si la triche tend à se réduire avec le temps, c’est certainement car il est beaucoup plus difficile d’amener une antisèche pour réaliser une dissertation de huit pages que pour se rappeler de la formule de Pythagore au contrôle de math de 4e.
Du côté anglais, les sanctions sont un peu moins dures puisque les étudiants risques seulement de se faire disqualifier pour tous les examens d’une même série.
Il est question cependant en Angleterre d'introduire des cameras de surveillance lors des examens. Cela ne saurait tarder.
 
Car en plus il serait presque plus facile de tricher durant ses études supérieures qu’au collège ou au lycée. L’étude montre ainsi que la surveillance des examens laisse fortement à désirer à l’université. Lorsqu’on a expérimenté le rituel du bac et ses surveillants, souvent des professeurs, sérieux et solennels et qu’on le compare à l’ambiance ultra détendues de certains partiels à la fac, on ne peut que confirmer.
 
Mais l’étude révèle un autre aspect dérangeant : l’attitude des professeurs eux-mêmes : ils ont plutôt tendance à minimiser la fraude lors des examens, pour se concentrer sur les cas de plagiats, qui se multiplient avec l’arrivée d’Internet. Ainsi, 20% des étudiants qui rendent une étude ou un mémo à un professeur incluent dans leur bibliographie des ouvrages qu’ils n’ont pas lus, ou utilisent des synthèses plutôt que les originaux. Et 34% des étudiants ont déjà utilisé le célèbre « copier-coller » pour réaliser un exposé, en le faisant passer comme du travail personnel.
 
Reste à méditer cette phrase d’un professeur philosophe : « quand je vois le travail que vous fournissez pour réécrire votre cours sur un si petit morceau de papier (trouvé à l’arrière d’un double-décimètre, la version old school de l’antisèche, ndlr), je me dis que vous avez d’une certaine façon révisé pour votre contrôle et ainsi vous n’aurez pas besoin de votre antisèche… »
 
Les français sont-ils de plus gros tricheurs?

COMMENTAIRES:

05/08/2010 - huhongyan1987 a dit :

Thanks for your posting; I really appreciate your ideas. Hope you can keep going

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus