MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Culture events

Gotan Project
Culture

Gotan Project : Quand le Tango Argentin Rencontre L'Electro Française

By Matthieu Boisseau
28/10/2010

Remonter le temps, quelque part dans Buenos Aires à la fin des années 1940. Se livrer à quelques pas de tango. C'est cela, un concert de Gotan Project. Car l'idée de génie  des trois membres fondateurs du groupe (le Français Philippe Cohen Solal, l'Argentin Eduardo Makaroff et le Suisse Christoph H. Müller) est de faire revivre un art plus ou moins disparu depuis les bulldozers de la pop-rock des années 1960 : le tango, le beau, le vrai. Le vrai ? Pas vraiment, mais nous y reviendrons.


Sur scène, costumes à rayures, chapeaux "Fedora", et "Derby" noires sont de rigueur. Le public croit revoir sur scène le pianiste Osvaldo Pugliese, et avec lui resurgir l'élégance argentine du début du XXème siècle. En arrière plan, un écran géant diffuse des clips "100% tango" : pas chaloupés, tête haute, tout en sensualité. Le charisme rioplatense dans toute sa splendeur. Car avec Gotan, il n'est pas seulement question de musique. Est également en jeu une histoire, celle de l'Argentine. Le dernier opus Tango 3.0 comporte ainsi les voix de l’écrivain Julio Cortázar dans La Rayuela, un texte « expérimental » évoquant le jeu de la marelle. Autre « monument » argentin présent sur l'album : le mythique journaliste sportif Víctor Hugo Morales, aussi agile sur le titre "La Gloria" qu'El Diez entre les défenseurs anglais lors de la Coupe du Monde 1986.

 

Mais Gotan Project, c'est aussi cette ambiance électro, un son style inimitable  qui vient nous convaincre que la tradition argentine et la nouvelle scène française ne sont pas incompatibles. Il y a définitivement du génie dans ce trio, pour avoir crû à l'impossible : la divine rencontre encore l'accordéon et les tables de mixage, entre un piano et des manettes Wii en guise de percussions. Futuriste mais tellement authentique, la magie Gotan opère. Un exemple ? A la fin du concert, un coup d'œil vers le public vous laisse pantois : s'y côtoient les danseurs de tango et les accrocs d'électro. Sur la même musique ? Oui oui, vraiment. Voilà le triomphant "made in Gotan" : un mariage des cultures et des époques unanimement salué depuis la sortie de leur premier album la Revancha del Tango.

 

Finalement la force de Gotan Project est bien de proposer une musique intemporelle et universelle. Je me suis vu dans les années 1940 à Buenos Aires, comme en 2010 à Paris. Car un concert avec ce trio là vous fait oublier où vous êtes et qui vous êtes.  La preuve ? J'ai désormais envie d'apprendre à danser le tango et à jouer du bandonéon....C'est grave, docteur Gotan ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus