MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Culture events

Annie Girardot
Culture

Annie Girardot : une icône s'en va

By Matthieu Boisseau
02/03/2011

Le Ministre de la culture Frédéric Mitterrand a déclaré que "la disparition d'Annie Girardot est un moment douloureux pour le cinéma qui perd l'une de ses grandes étoiles, mais aussi pour le public, avec qui elle entretenait une longue et chaleureuse complicité". Il est vrai qu'au long de sa carrière riche de 120 films, l'actrice a acquis une énorme popularité, grâce à l'authenticité et le charisme de ses interprétations. Elle est par ailleurs devenue un symbole des mouvements féministes à travers la variété des personnages qu'elle a incarnés à l'écran. Annie Girardot était à des années lumières des pinups d'alors, au premier rand desquelles était Brigitte Bardot. Ses origines modestes, Annie Girardot, qui était prédestinée à devenir infirmière, en faisait une force, elle les revendiquait même. Simplicité et sensibilité ont toujours été ses leitmotiv et ont incontestablement contribué à sa popularité : "J'ai toujours fait mon marché, mes courses, mon ménage. Je n'ai jamais été une star veloutée", ajoutait-elle.

 

C'est en 1969 qu'Annie Girardot a véritablement conquis le public français grâce à son rôle de prostituée dans « Rocco et ses frères », de Luchino Visconti. Mais ce n'est qu'en 1976 qu'elle décroche le César de la meilleure actrice pour sa prestation dans « Dr Francoise Gailland » de Jean-Louis Bertucelli.

 

Annie Girardot: César du meilleur second rôle

 

Après une traversée du désert dans les années 1980 due à des problèmes personnels et des mauvais choix de carrière, Annie Girardot fit un retour au premier plan tonitruant dans les « Misérables » de Claude Lelouch en remportant le César de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle en 1996. Son discours prononcé lors de la réception de son prix et durant lequel elle avait déclaré : « je ne sais pas si j'ai manqué au cinéma français, mais le cinéma français m'a beaucoup manqué » est resté dans les mémoires. Six ans plus tard, elle remportait à nouveau cette récompense pour son rôle de mère tyrannique d'Isabelle Huppert dans la Pianiste de Michael Haneke.

 

En guise d'hommage, citons deux réalisateurs avec lesquels Annie Girardot avaient collaboré. Jean Cocteau tout d'abord voyait en elle « le plus beau tempérament dramatique de l'après-guerre », tandis que Claude Lelouch la considérait comme la plus grande actrice française de l'après guerre”.

COMMENTAIRES:

06/02/2014 - writers_reign a dit :

The fact that France has, beyond dispute, the finest actresses on both stage and particularly screen in the world doesn't mean that she can afford to lose them to death - I personally am still mourning the loss of Suzanne Flon, who was as iridescent in her final film, Danielle Thompson's Fauteuils d'Orchestre, as she was in John Huston's Moulin Rouge more than half a century earlier. Now we have lost Annie Girardot, who I had the pleasure of seeing on the Paris stage in the one-woman old war-horse Madame Marguerite, barely a decade ago. Girardot was one of an unbroken string of great French actresses who worked in film (and in some cases theatre as well) from the start of the Sound era, including Francoise Rosay, Danielle Darrieux, Arletty, Edwige Feuilliere, Michele Morgan, Simone Signoret, Madeleine Renaud, Madeleine Robinson, Micheline Presle, Suzy Delair, Suzy Prim, Ginette Leclerc, Jeanne Moreau, Catherine Deneuve, Valerie Lemercier, Catherine Frot, Isabelle Huppert, Isabelle Carre, Sandrine Bonnaire, Sandrine Kiberlain,
Fanny Ardant, Nathalie Baye etc. Girardot, who began her film career in the 1950s with such titles as Maigret tend un piege, with Jean Gabin, was famously ignored by the petulant schoolboys who did their best to de-rail the French Industry in the late 50s/early 60s and was probably thankful - at least she should have been - not to be tarred with the 'nouvelle vague' brush. Ironically her breakout role was in the Italian film Rocco and his brothers with Alain Delon. She worked for Carne in Three Rooms in Manhattan in 1965 and tended to divide her work between stage and screen adding lustre to both mediums as her two Molieres and three Cesars testify. She was in the finest tradition of French actresses and will be sorely missed.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus