MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Emploi events

Alexandra Sleator
Emploi

Présenter en public - 3 raisons qui nous rendent nerveux

By Alexandra Sleator
26/09/2012

Cet article est le premier d’une série en 3 volets qui vous aidera à mieux présenter en public. En effet, présenter de nos jours fait partie de la vie courante des entreprises et principalement des grands groupes. Tous investissent beaucoup de temps, d’argent et d’efforts dans la formation de leurs employés afin qu’ils puissent écrire et présenter de façon professionnelle. Cependant, j’ai remarqué que le résultat de ces formations n’est pas toujours suffisamment satisfaisant. C’est parce que ces formations ne sont pas en mesure d’adresser une partie des problèmes liés à la présentation, notamment l’anxiété.

Alors parlons de la nervosité que beaucoup d’entre nous éprouvent à l’idée de présenter. Pour certains, ils auront le cœur qui bat plus vite, d’autres la bouche sèche, d’autres  éprouveront des sueurs froides, ou encore ils auront l’estomac noué. Quelque soit la forme que prend votre trac, cela peut vous arriver avant ou pendant votre présentation. Certaines personnes se sentent mal rien qu’à l’idée d’avoir à prendre la parole en public. Parfois, cela peut même les rendre incapables d’écrire leur présentation car ils évitent de travailler sur leur présentation. Par contraste, d’autres deviennent nerveux uniquement au moment de présenter.

Trois choses sont  susceptibles de se passer. Et parfois vous éprouverez une, deux ou même les trois choses en même temps. Mais examinons-les tour à tour afin de démystifier la peur de présenter.

La première peur : la peur au temps des cavernes

CavemenLorsque nous faisons l’expérience de ce premier type d’anxiété, nous revenons au temps des hommes des cavernes. En effet, cette inquiétude nous renvoie à l’époque préhistorique. A ce moment là de notre évolution, notre cerveau était programmé pour nous protéger des dangers extérieurs et notamment pour nous aider à rapidement identifier nos options afin de décider de nous battre ou de fuir.

Eviter le danger voulait dire en général opter pour une approche de groupe: Vous connaissez le dicton : « l’union fait la force». Nous sommes pour cette raison programmer pour rechercher une vie de groupe et nous entendre le mieux possible avec notre entourage. Par conséquent, nous cherchons à éviter d’être exclus du groupe ou de faire des choses qui causeraient notre exclusion. Par exemple: être différent, ou dire quelque chose d’idiot ou de gênant ou encore simplement ne pas être à la hauteur de ce qu’on attend de nous, peuvent nous faire mettre à l’écart.

Imaginons qu’aujourd’hui, vous êtes face à un groupe prêt à intervenir oralement et que votre cerveau vous dit (métaphoriquement) : « Oh-oh. C’est une situation dangereuse, si tu dis quelque chose d’idiot, tu risques d’être exclus – et donc de mourir ! » C’est faut bien sûr mais cette partie de votre cerveau l’ignore.

Les temps ont changé et au XXIe siècle, notre vie est plus complexe et les situations moins clairement une question de vie ou de mort. Notre cerveau s’est développé considérablement pour emmagasiner de nouvelles fonctions. Le pouvoir d’analyse que nous avons est, par exemple, devenu un des symboles de la race humaine. Cependant, notre cerveau reptilien existe toujours et il nous protège toujours : c’est grâce à lui  l’on tournera rapidement le volant pour éviter l’accident avec une voiture que nous ne voyons qu’à la dernière minute.

Alors,  cette partie préhistorique demeure au plus profond nous de et fait partie de notre humanité. Même si elle moins adaptée à notre vie courante, réjouissons-nous de ce mécanisme de protection. Cependant, soyons également conscients des moments où elle n’est pas nécessaire ni bien adaptée et donc nous joue des tours. J’espère que comprendre une des raisons possibles de votre trac vous aidera à mieux le surmonter. Nous en discuterons plus en détail dans le 2ème volet de cette série.

La deuxième peur : l’anxiété liée à un mauvais souvenir

Vos souvenirs, que vous vous les rappeliez ou non, sont une autre source possible d’anxiété. Certains mauvais souvenirs sont susceptibles de faire de vous un « anxieux ».

Par exemple, si vous avez eu une mauvaise expérience à l’école et que vous vous étiez senti humilié en classe, vous avez peut-être maintenant présente en vous, à l’état inconscient, une association négative avec le fait de parler en public. Bien des années plus tard, ces souvenirs refont surface avec de surcroît un bagage émotionnel sans doute un peu lourd et vous rendent anxieux à l’idée de présenter. Bien que vous n’en soyez pas conscient, vous éprouvez les mêmes émotions que vous aviez ressenties à l’école. C’est de ce moment-là que provient votre anxiété et votre profond désir d’éviter de connaître de nouveau ce mal-être.

Alors que « la peur de l’homme des cavernes » se manifeste au moment de la présentation, celui dont l’anxiété se source dans un mauvais souvenir, lui ressentira cette anxiété en amont et cela l’empêchera, dans certains cas, de même écrire sa présentation.

 

La clé du problème est de vous reconnecter avec ces anciens souvenirs, qui sont la source de votre trac présent. En prendre conscience vous permettra sinon d’évacuer ce triste souvenir mais au moins de modérer son impact aujourd’hui. Le passé, dépassé ! Faites l’effort d’aller de l’avant en laissant votre passé derrière vous : il existe de nombreuses  techniques pour ce faire.

La troisième peur : La pression d’un cerveau exigeant

Le troisième type de peur est la pression que l’on se met soi-même. Ceci prend la forme d’un cerveau en ébullition et qui nous dit :

« Ma présentation doit être parfaite »

« Je dois être intéressant pour tout le monde »

« Je ne dois rien oublier »

« Je ne dois pas montrer que je suis nerveux »

« Je dois pouvoir répondre à toutes les questions que l’on me pose. »

 

J’appelle ça la peur du « cerveau exigeant » parce que ces pensées, ces demandes, vous vous les imposez et ce sont qui elles vous rendent anxieux. Soyons réalistes : vous ne pourrez pas  garantir que toutes ces exigences soient adressées. Comme pour le deuxième type d’anxiété, celle-ci vous empêchera sans doute de rédiger votre présentation car vous vous  inquiéterez que votre présentation soit pas  parfaite –  et vous serez également incapable de vous présenter avec aisance. En effet, toutes ces pensées négatives consomment beaucoup de votre énergie. Elles vous détournent de pensées plus constructives et par conséquent vous empêchent d’atteindre votre but.

Vous devez vous efforcer de canaliser ces pensées qui tournent dans votre tête : examinez-les une à une d’une manière critique. Afin de réduire leur pouvoir destructif, livrez-vous à une analyse rationnelle de la véracité et de l’utilité de vos exigences. Révisez-les pour les transformer en des commentaires plus constructifs qui vous encourageront à l’action et calmeront vos nerfs. Par exemple, au lieu de dire «  ma présentation doit être parfaite », dites plutôt «  j’aimerais que ma présentation soit pleine d’informations intéressantes, mais j’accepte le fait que je n’aurais sans doute pas le temps de couvrir tout ce que mon public est curieux de connaître ». Si cela est le cas, je peux aborder ces points pendant le questions-réponses ».

 

En conclusion, les 3 raisons pour lesquelles nous sommes parfois terrifiés à l’idée de présenter sont :

1)      La peur de nous retrouver exclus d’un groupe comme à l’époque des hommes des cavernes qui pensaient « l’union fait la force » pour assurer leur sa survie.

2)      L’impact émotionnel négatif de mauvais souvenirs qui reviennent quand  certaines situations créent un écho avec un passé difficile.

3)      Les exigences trop importantes que nous nous imposons à nous-mêmes.

 

Mieux comprendre ce qui se passe dans notre tête est déjà un grand pas en avant.

 

J’aimerais connaître votre opinion sur ce sujet. Avez-vous reconnu certains de ces symptômes qui parfois vous dérangent ? Que faites vous alors pour contrôler vos nerfs ?

 

© Coaching For Inspiration, 2012

www.coachingforinspiration.com

COMMENTAIRES:

20/10/2012 - info a dit :

Another solution: Toastmasters!

This is an international non profit organisation helping people to develop their communication and leadership skills.

Since September 2012, there is a new Toastmasters club called 'Experience French' which has meetings ever two weeks. You can come for free as a guest. Just let us know on our facebook page: www.facebook.com/experiencefrench

Raphael

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus