films français > Je vais bien, ne t'en fais pas

Je vais bien, ne t'en fais pas

Vincent Lindon

Je vais bien, ne t'en fais pas

note FIL: * * * * *

acteurs : ,Vincent Lindon, Firat Ayverdi, Audrey Dana

année : 2009

couleur : oui

interdit : 15

réalisateur : Philippe Lioret

durée : 109


Pour reconquérir sa femme, bénévole auprès des sans-papiers, Simon, maître nageur à la piscine de Calais, décide d'aider un jeune réfugié kurde qui veut traverser la Manche à la nage pour rejoindre, à Londres, sa fiancée. Il lui donne des cours de natation, le fait dormir un soir chez lui… et tombe ainsi sous le coup de la loi qui interdit d'aider les hommes et femmes en situation irrégulière.

Réalisé par Philippe Lioret (« Je vais bien ne t'en fais pas ») « Welcome » avec son scénario astucieux, traite le sujet des sans papiers à travers le regard de Simon et non des réfugiés eux-mêmes, évitant ainsi ainsi l'écueil d'une réalisation dans un style trop documentaire. Un angle de vue touchant qui permet au spectateur de s'identifier et qui ouvre la porte à une réflexion sur l'attitude - politique et personnelle - que nous adoptons envers les réfugiés. « Calais, c'est un peu notre frontière mexicaine », explique Lioret. « En fait, tout cela pourrait se passer en 43. Un type qui cache des juifs et se fait prendre. C'est aussi cela que j'ai voulu faire toucher du doigt .» Avant d'écrire son film, le réalisateur est allé passer plusieurs jours à Calais. « Encore plus épouvantable que tout ce que j'avais imaginé. Je me suis aperçu que les gens qui sont là, en transit, sont très jeunes. La majorité a moins de vingt-cinq ans.» Et il poursuit : « C'est à la fois dramatique, et hypocrite : ils attendent là, parqués leur départ pour l'Angleterre où le travail au noir a été dépénalisé. Un mois, six mois… Un jour ou l'autre, ils finissent par partir, planqués dans un camion au péril de leur vie. »

Héros ordinaire, tout en colère rentrée, solitaire et écorché vif, Vincent Lindon, interprète le rôle de Simon. « J'ai de suite été emballé par le mélange de rugosité et e tendresse du personnage, raconte l'acteur. Un soir au début du tournage, Philippe m'a amené quai de la soupe à Calais, appelé ainsi parce que c'est là que les associations distribuent à manger. On a pris trois réfugiés en stop, ils étaient dans un dénuement total et ils nous ont demandé de les déposer dans un endroit désert qui ressemblait à une immense décharge. Cela se passait de commentaire. Le lendemain, on a commencé le tournage… »


View Trailer

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus