films français > Couple in a Hole

Couple in a Hole

Couple in a hole

Couple in a Hole

note FIL: * * * * *

acteurs : Paul Higgins, Kate Dickie, Jérôme Kircher, Corinne Masiero

année : 2016

couleur : oui

interdit : TBC

réalisateur : Tom Geens

durée : 105

Suite à un terrible et mystérieux accident, John (Paul Higgins) et Karen (Kate Dickie) trouvent refuge dans la forêt, au cœur des Pyrénées. Vivant une existence des plus sauvages, ils subsistent grâce à la chasse et s'abritent dans une cabane plus que rudimentaire. Karen ne sort quasiment jamais de son trou - le seul endroit où elle se sent à peu près en sécurité - à tel point qu'elle peine à se tenir debout, tant ses muscles sont engourdis par des mois d'inactivité. Un incident amène John à rencontrer André (Jérôme Kircher), un ancien voisin qui habite dans le village en contrebas de la forêt. Une amitié naît entre les deux hommes et permet à John de reprendre peu à peu contact avec la vie normale, tout en l'éloignant chaque jour un peu plus de sa femme, cloîtrée dans la douleur de ses traumatismes. André, quant à lui, n'est peut-être pas totalement désintéressé dans son désir d'amitié avec le jeune Ecossais. 



Les images montrent une nature aussi splendide qu'oppressante, et la brutalité des Pyrénées se fait sentir à chaque instant. La sensation de suffocation est accentuée par une alternance de plans très serrés et d'images panoramiques, dans lesquelles l'humain semble noyé dans l'immensité des paysages. 

Les deux couples au centre de l'intrigue passent sans cesse de la tendresse à la violence et de la complicité à la rupture. Le spectateur est plongé dans une atmosphère psychologiquement tendue, où la violence à la fois physique et verbale peut éclater à tout moment. La rareté des dialogues fait toute leur force. 

"J'aimais l'idée de juxtaposer la civilisation et la nature, l'ordre/le propre/le prévisible et le sauvage/le sale/l'imprévisible", explique le réalisateur du film Tom Geens. "D'une certaine manière, c'est un thème qui revient dans la plupart de mes travaux : l'animalité qui sommeille en chacun de nous. Et le fait qu'aussi civilisé qu'on pense être devenu, l'animal n'est jamais bien loin"

Le film s'exprime avec brio sur les sujets du deuil, de la solitude et de l'agoraphobie. Chapeau aux 4 acteurs principaux, qui jouent leurs rôles à la perfection et parviennent à procurer des émotions fortes avec un jeu très interne. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus